Menu de fêtes acte 2 – Saumon gravlax au thé des neiges

Saumon gravlax au thé des neiges ©‎Fraise & Basilic

Après une première recette de foie gras pour ce menu de fêtes, on reste dans les grands classiques avec au menu ce soir du saumon. Contrairement à son cousin le saumon fumé, le saumon gravlax quant à lui ne demande pas d’équipement particulier, juste d’un peu d’organisation, puisque pour obtenir cette texture à la fois ferme et fondante qui lui est propre (non pas de croquant gourmand, M. Lignac), il va lui falloir passer quelques jours au frigo avant d’être fin prêt. Ce qui veut dire aussi que le jour J vous n’aurez qu’à le trancher et à récolter tout le mérite (il y a pire non ?)

Ce n’est pas la première recette de saumon gravlax sur le blog (à croire que j’aime ça… et que je suis constante dans mes goûts ^^) la spécificité de celle-ci réside dans l’utilisation du thé qui apporte encore plus de richesse de goûts à l’ensemble (phrase un peu pompeuse au demeurent mais je n’ai pas trouvé comment reformuler). Pour cette recette de saumon gravlax au thé, je vous conseille de partir sur un thé très parfumé pourquoi pas un thé de noël ou un thé aux agrumes.

Menu de fêtes acte 1 – Terrine de foie gras, confit de poires aux épices

Terrine de fois gras et confit de poires aux épices ©‎Fraise & Basilic

Ça y est, j’ai décidé que l’on avait assez attendu et qu’il était grand temps d’allumer la cheminée, de faire briller le sapin et de se pencher sur l’épineuse question du menu de Noël, celui qui ne vous fera pas passer pour une quiche le 25 décembre venu, celui là-même susceptible de vous faire réussir haut la main l’examen d’entrée dans votre belle famille.

Cette année Noël ne se fait pas à la maison, mais solidarité oblige, je ne vous abandonne pas pour autant. A partir d’aujourd’hui et jusqu’à la semaine prochaine, je vous livre petit à petit toutes les recettes de mon menu de Noël sur le thème de la Nuit étoilée. Comme l’an dernier, je suis partie sur un menu en 4 actes, de l’entrée jusqu’aux mignardises en passant par le pain, atout incontournable du « c’est moi qui l’ai fait ».

Avec le boulot, cela fait plusieurs mois que j’ai la tête dans les recettes de noël, mon décompte de l’avent a quasiment commencé en septembre, je suis donc aujourd’hui ravie d’être enfin synchro avec le reste du monde (il y a bien évidemment plus difficile comme tâche que de tester recettes de foie gras et de homard en plein mois de septembre ^^).

Et pour vous faire patienter en attendant que toutes les recettes soient en ligne, vous pouvez toujours aller faire un tour du côté de mon menu de l’an dernier.

Ravioles de foie gras, bouillon épicé

Ravioles de foie gras au bouillon épicé ©‎Fraise & Basilic

Je vous en avais parlé hier (call me queen of teasing), voici le premier volet de ce menu de fêtes. On commence aujourd’hui par une entrée légère (il faut dire qu’on va ensuite s’enfiler St jacques / chapon et dessert), ne vous inquiétez pas, quand vous arrivez au bout de ce marathon culinaire, on se quittera rassasiés !

Je ne sais pas pour vous, mais pour ma part, parler de marathon culinaire, n’est pas un vain mot (un peu comme chez Anne-Laure d’après ce que j’ai pu lire ce matin, d’ailleurs filez voir son article, elle y parle déco de table et c’est très chouette). C’est à dire, qu’près la traditionnelle ouverture des cadeaux (et le temps parfois des premières désillusions « Oh un lot de casseroles, j’en rêvais… » – ceux qui me connaissent le savent, je suis restée bloquée à l’âge de 5 ans et 1/2, quand je ne suis pas convaincue, il semblerait que cela se voit, comment dire, légèrement…).

Bref, je vais mettre un point à la fin de ce début de phrase, même s’il ne devrait pas en avoir un, mais sinon vous aurez du mal à suivre le fil de ma pensée, c’est normal il n’est même pas 10h (c’est d’ailleurs pourquoi je n’écris d’habitude jamais d’articles le matin, sorry for the mess !). Je disais donc, qu’après l’ouverture des cadeaux on attaque le repas du midi, qui se poursuit avec des grignotages divers et variés (oui le genre qui vont tout droit dans les fesses), pour finir par voir arriver 20h et le repas du soir (et pas de soupe M’sieurs, dames, non un vrai repas, c’est qu’on aurait presque encore un petit creux après tout ça !)

Oui tout ce pavé pour introduire cette petite entrée qui a, en plus d’être plutôt gourmande (le foie gras et moi une grande histoire d’amour – c’est le moment où je perds la moitié de mes lecteurs vegan – Sorry guys, chacun ses faiblesses), le mérite de pouvoir être réalisée à l’avance. Vous pouvez en effet réaliser les ravioles et le bouillon la veille et vous occuper de la cuisson minute le jour même. Les préparations les jours qui précédent noël c’est une vraie nécessité, ça évite d’être complètement noyé en cuisine le 24/25 et de pouvoir profiter aussi de la fête. (Note de service, je parle beaucoup de noël, mais vous pourrez aussi recycler ce menu le 31)