Petits moelleux miel et pignons de pin ©‎Fraise & Basilic

Petits moelleux aux pignons et au miel

Petits moelleux miel et pignons de pin ©‎Fraise & Basilic

A la question, on a des copains qui débarquent dans trente minutes pour le goûter qu’est ce qu’on prépare, je crois pouvoir affirmer sans trop me tromper (après avoir expérimenté plusieurs choses avec plus ou moins de réussite) que la bonne réponse pourrait être  « financiers » ou en tout cas quelque chose qui y ressemble.

Il faut le bien se l’avouer, le financier est la carte Joker de tous goûter improvisé. Déjà parce que le côté beurre noisette de la chose a, dès la première bouchée de quoi nous convaincre de son bien-fondé et de deux, parce que cette petite pâtisserie ultra-rapide à préparer, se décline à loisir (je dois déjà avoir à mon tableau de chasse du financier des versions au citron, au jasmin, au pop-corn, aux pistaches et aux framboises et j’en passe...).

Aujourd’hui c’est une version un brin classique que je vous propose, mais revisitée avec l’ajout de pignons, ce qui ramène une petite note croquante et le remplacement d’une partie du sucre par du miel (il va sans dire que meilleur sera le miel, meilleur sera le financier #unpointcesttout).

Dans un monde parfait où tout pourrait être prévu à l’avance, un petit tour au réfrigérateur de la pâte est conseillé, dans un monde normal où l’on a pas envie d’attendre des heures quand on a une envie de financiers, on s’en passera. Si l’on ne devait respecter qu’une seule chose dans cette recette c’est vraiment l’utilisation d’un beurre noisette qui pour moi fait toute la différence en terme de goût (ah et aussi le fait d’enfourner très chaud, puis de baisser ensuite le thermostat ce qui va permettre d’avoir un intérieur très moelleux et une vraie croute croustillante – Ok ça fait deux choses…)

cookies aux pépites d'érable et noix de pécan ©‎Fraise & Basilic

Cookies aux pépites d’érable et noix de pécan

cookies aux pépites d'érable et noix de pécan ©‎Fraise & Basilic

Où comment une recette de cookies peut devenir un post un brin engagé.

Après l’espèce de grosse claque gentiment venue de l’autre côté de l’Atlantique ce mercredi matin, je pense, sans devoir être trop loin de la réalité, que l’arrivée d’un peu de comfort food sur le blog ne fera de mal à personne. Alors bien sur, ces cookies ne feront pas revenir Michelle et Barack de sitôt, mais ils auront au moins le mérite de nous faire oublier l’espace d’un instant combien les 4 prochaines années à venir risquent d’être bien moins enjouées que les 8 dernières.

Comme il me semble raisonnablement impossible de préparer un stock de cookies – au càs où – suffisant d’ici avril, je vous invite plutôt à faire en sorte que le moment venu, on mange nos cookies par plaisir et non pas des regrets plein la tête. Alors oui on risque d’avoir le choix entre la peste et le choléra, mais au milieu de ce choix cornélien, l’une de ces options sera forcément « moins pire » que l’autre.

cookies aux pépites d'érable et noix de pécan ©‎Fraise & Basilic

Nan Khatai ©‎Fraise & Basilic

Nan Khatai – Petits biscuits indiens aux épices

Nan Khatai ©‎Fraise & Basilic

Voila. (On en parle de la fille qui commence ses article par « voilà » comme si elle allait vous annoncer la nouvelle du siècle ?)

Oui donc voilà, cette rentrée est un peu dingue (encore plus quand on a eu la génialissime idée, je pèse mes mots, de ne prendre qu’une toute petite, ridicule, semaine de congés cet été… #warrior), et depuis le début de ce mois de septembre clairement, je suis sous l’eau. Mais pas qu’un peu, plutôt le 36ème level, là où les rares mouvements de brasse que je connais suffisent à peine à me garder la tête hors de l’eau, et où mes orteils servent de casse-dalle aux requins.

Vous allez me dire, la fille qui affirme être sous l’eau ne l’est pas tant que cela puisqu’elle a quand même le temps de vous écrire un article (tout en vous racontant à quel point c’est la course.) Sur ce point vous avez raison, mais j’ai fini par ajouter la publication d’articles sur blog à ma To do, faute de quoi, on en se serait pas recroisés ici avant un bon bout de temps… et il faut bien se l’avouez, vous commenciez un brin à manquer (séquence émotion, pour les mouchoirs c’est au bout du couloir).

En fait je crois que j’avais juste besoin d’appuyer sur le bouton pause pour une minute ou pour une heure (en vrai 24h n’auraient clairement pas été de trop) et de me poser (j’avais écrit « pauser », je trouvais le lapsus plutôt marrant) autour d’un petit thé, d’un bouquin (ou d’une piscine à Marrachech – quoi on peut rêver ?-) histoire de reprendre un peu mon souffle face au long marathon de fin d’année qui s’annonce… (j’envisageais sérieusement d’hiberner jusqu’à Noël, un grand merci aux impôts d’avoir remis ce projet à plus tard jamais)

Et chez vous ça donne quoi la rentrée ?