Mix & Match #2

Le premier Mix & Match a semblé vous plaire, je réitère donc l’expérience. Au programme, une plongée dans les coulisses du Cinq, Un Big livre qui sent bon l’Italie, un week-end cocooning et gourmand qui s’annonce et des peluches trop mignonnes qui feront regretter à n’importe qui de ne plus avoir 5 ans 1/2.

Christian Le Squer Badoit ©‎Fraise & Basilic

Christian Le Squer Badoit ©‎Fraise & Basilic

Christian Le Squer Badoit ©‎Fraise & Basilic

Christian Le Squer Badoit ©‎Fraise & Basilic

Christian Le Squer Badoit ©‎Fraise & Basilic

Christian Le Squer Badoit ©‎Fraise & Basilic

Christian Le Squer Badoit ©‎Fraise & Basilic

Christian Le Squer Badoit ©‎Fraise & Basilic

Christian Le Squer Badoit ©‎Fraise & Basilic

Le réveillon Vittel
Christian Le Squer

Jeudi dernier, j’ai eu le plaisir de vivre une jolie parenthèse dorée dans les coulisses des cuisines du George V afin de découvrir le menu 2016 signé du chef triplement étoilé Christian Le Squer pour le réveillon étoilé Vittel.

Au programme, des découvertes culinaires surprenantes, un chef passionné qui parle de sa cuisine des étoiles plein les yeux et une brigade qui, même en plein coup de feu, travaille avec un calme déconcertant.

> Le Cinq 31 avenue George V 75008 Paris

Big Mamma Le livre ©‎Fraise & Basilic

Big Mamma
Cuisine italienne
con molto amore

Il va falloir se faire une raison, ma bibliothèque déborde de livre de cuisine plus beaux les uns que les autres, et ce n’est pas prêt de s’arranger quand on voit les dernières sorties des maisons d’éditions aux photos léchées et aux graphismes bien trop chouettes pour rester dans les rayons des librairies.

Le dernier né de la chaine de restaurants à succès Big Mamma ne me fait pas oublier qu’il me faut pour le moment délester mon portefeuille d’un A/R sur Paris pour me régaler de pâtes aux truffes ou de pizzas gargantuesques, mais me permet en attendant que Big Mamma rejoigne un jour la capitale des Gaules, de connaitre toutes ses astuces pour réussir la sauce tomate parfaite ou réaliser une carbonara dans les règles. Un « big » livre de près de 500 pages d’une cuisine italienne généreuse et « con molte amore ».

> Big Mama, cuisine italienne aux éditons Marabout

Vertuo Pop Up Hotel Nespresso

Evènement
VERTUOtel

Après avoir découvert les évènements Nespresso à Lyon puis à Cannes, cette fois c’est au cœur du 13ème arrondissement de la capitale que je m’en vais poser mes valises le temps d’un week-end.

Nespresso et Le Fooding investissent le Coq Hôtel Paris les 3 et 4 décembre prochains pour vous faire vivre l’expérience VERTUOtel. Au programme : room service 100% comfort food, feu de cheminée, cocktails et projections privées… Les places sont limitées alors ne perdez pas de temps, quant à moi je vous raconte tout cela très vite.

> VERTUOtel Les 3 et 4 décembre prochains

Enregistrer

Enregistrer

Baleines Big Stuffed

Baleines Big Stuffed

Baleines Big Stuffed

Les jolies choses
Big Stuffed

Parfois, je voudrais avoir 5 ans et demi à nouveau pour pouvoir ajouter sur ma liste de noël, l’une de ces énormes peluches, sans que l’on me regarde avec un air désespéré.

Découvertes sur le blog de Sandra l’année dernière, un an plus tard, je n’ai toujours pas réussi à me sortir de la tête leur petites moues trop mignonnes. Du coup je profiterai bien d’un passage à Paris le week-end prochain pour aller découvrir le concept Store Big Stuffed et pourquoi pas rentrer à Lyon, une grosse baleine sous le bras.

> Big Stuffed – 7 rue du Vertbois 75003 Paris

Petits moelleux aux pignons et au miel

Petits moelleux miel et pignons de pin ©‎Fraise & Basilic

A la question, on a des copains qui débarquent dans trente minutes pour le goûter qu’est ce qu’on prépare, je crois pouvoir affirmer sans trop me tromper (après avoir expérimenté plusieurs choses avec plus ou moins de réussite) que la bonne réponse pourrait être  « financiers » ou en tout cas quelque chose qui y ressemble.

Il faut le bien se l’avouer, le financier est la carte Joker de tous goûter improvisé. Déjà parce que le côté beurre noisette de la chose a, dès la première bouchée de quoi nous convaincre de son bien-fondé et de deux, parce que cette petite pâtisserie ultra-rapide à préparer, se décline à loisir (je dois déjà avoir à mon tableau de chasse du financier des versions au citron, au jasmin, au pop-corn, aux pistaches et aux framboises et j’en passe...).

Aujourd’hui c’est une version un brin classique que je vous propose, mais revisitée avec l’ajout de pignons, ce qui ramène une petite note croquante et le remplacement d’une partie du sucre par du miel (il va sans dire que meilleur sera le miel, meilleur sera le financier #unpointcesttout).

Dans un monde parfait où tout pourrait être prévu à l’avance, un petit tour au réfrigérateur de la pâte est conseillé, dans un monde normal où l’on a pas envie d’attendre des heures quand on a une envie de financiers, on s’en passera. Si l’on ne devait respecter qu’une seule chose dans cette recette c’est vraiment l’utilisation d’un beurre noisette qui pour moi fait toute la différence en terme de goût (ah et aussi le fait d’enfourner très chaud, puis de baisser ensuite le thermostat ce qui va permettre d’avoir un intérieur très moelleux et une vraie croute croustillante – Ok ça fait deux choses…)

Cookies aux pépites d’érable et noix de pécan

cookies aux pépites d'érable et noix de pécan ©‎Fraise & Basilic

Où comment une recette de cookies peut devenir un post un brin engagé.

Après l’espèce de grosse claque gentiment venue de l’autre côté de l’Atlantique ce mercredi matin, je pense, sans devoir être trop loin de la réalité, que l’arrivée d’un peu de comfort food sur le blog ne fera de mal à personne. Alors bien sur, ces cookies ne feront pas revenir Michelle et Barack de sitôt, mais ils auront au moins le mérite de nous faire oublier l’espace d’un instant combien les 4 prochaines années à venir risquent d’être bien moins enjouées que les 8 dernières.

Comme il me semble raisonnablement impossible de préparer un stock de cookies – au càs où – suffisant d’ici avril, je vous invite plutôt à faire en sorte que le moment venu, on mange nos cookies par plaisir et non pas des regrets plein la tête. Alors oui on risque d’avoir le choix entre la peste et le choléra, mais au milieu de ce choix cornélien, l’une de ces options sera forcément « moins pire » que l’autre.

cookies aux pépites d'érable et noix de pécan ©‎Fraise & Basilic