TATIN DE COING À LA FOURME D’AMBERT

Tatin-de-coings

Le coing qu’est ce qu’on en fait ? Pour changer des sempiternelles compotes et autres confitures, je vous propose aujourd’hui le coing dans sa version tatin… A vous de jouer !

Dans mon panier de légumes de cette semaine, pour celles qui suivent, le coing était de la partie !
Le coing mais qu’est ce que c’est que cette bête la ?! Un fruit jaune clair et duveteux… Jamais cuisiné, mais qu’à cela ne tienne après tout cela ressemble à une pomme, alors pourquoi ne pas s’en servir dans une tatin (pour changer des compotes, confitures et autres pâtes de coing que tout le monde connait !)

Pour 6 petites tartelettes

– 1 abaisse de pâte feuilletée
– 3  coings
– 200 g de sucre
– 2 càc de 4 épices
– 1 càs de baies roses
– Quelques morceaux de fourme d’Ambert
– du romarin frais
– Moulin à poivre

  • Pelez les coing,  coupez-les en 4 puis en fines lamelles de 5 mm environ.
  • Dans une casserole, portez à faible ébullition 1/2 L d’eau, 200 g de sucre ainsi que le 4 épices. Ajoutez les lamelles de coing, faites frémir légèrement pendant 10 bonnes minutes puis égouttez.
  • Pendant ce temps, découpez 6 ronds du diamètre de vos moules dans la pâte feuilletée et réserver.
  • Beurrez les moules, puis badigeonnez le fond de miel. Concassez les baies roses et ajoutez les dans les fonds des moules avec la branche de romarin frais.
  • Disposez par dessus les lamelles de coings en quiconque, ajoutez quelques morceaux de beurre ainsi qu’un tour de moulin à poivre. (Ne salez pas, le fromage amènera l’assaisonnement nécessaire.)
  • Recouvrez les coings en introduisant la pâte contre le bord du moule. Piquez les tartes à la fourchette puis enfournez à  froid pendant une trentaine de minutes à 180° (Les tartes sont cuites lorsque la pâte à pris une jolie coloration.)
  • Démoulez dès la sortie du four puis ajoutez les morceaux de fourme d’Ambert sur la tarte encore chaude.
  • Servez aussitôt !

Rendez-vous sur Hellocoton !

TARTELETTES SABLÉES AUX FIGUES ET CRÈME D’AMANDES

Des tartelettes qui sonnent comme un trait d’union entre 2 saisons… Les dernières framboises de l’année s’allient aux figues fraiches pour composer un dessert gourmand, riche en texture et en saveurs !

Pour 8 tartelettes individuelles

Pour la crème d’amande
– 50 g de beurre mou
– 50 g de sucre
– 50 g de poudre d’amande
– 1 œuf entier
– Quelques gouttes d’extrait naturel d’amande amère
– 3 figues fraiches et quelques framboises
  • Travaillez le beurre et le sucre. Une fois le mélange bien homogène, ajoutez la poudre d’amande, l’œuf entier et l’extrait d’amande.
  • Continuez de mélanger quelques minutes à vitesse moyenne pour aérer la préparation.
  • Réservez au frais.

Pour le sablé

– 40 g de jaunes d’œufs
– 80 g de sucre
– 80 g de beurre pommade
– 4 g de levure chimique
– 1 pincée de fleur de sel
– 150 g de farine
  • Dans le bol d’un robot,  fouettez les jaunes et le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse.
  • Ajoutez une  pincée de fleur de sel, la levure et le beurre pommade. Continuez à fouetter encore 1 minute puis incorporez la farine.
  • Mélangez rapidement, formez une boule. Filmez-la et réservez une trentaine de minutes au réfrigérateur.
  • Étalez des petites quantités de pâtes (environ 40 g)  dans des cercles individuels beurrés déposés sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé. Recouvrez de crème d’amande.
  • Enfournez pour 25 minutes à four préchauffé à 180°.
  • Décerclez dès la sortie du four puis laissez refroidir à température ambiante avant d’ajouter les fruits.
  • Ajoutez une cuillère à café de confiture au centre du sablé pour faire tenir les fruits. Pour cette recette, j’ai mis de la confiture framboises / cassis.
  • Disposez les fruits frais.

Cette recette de sablé et de crème d’amande peut être déclinée à loisir, libre à vous de faire varier la garniture en fonction de vos goûts, de vos envies, et des produits de saison.


Rendez-vous sur Hellocoton !

PETITS PAINS BRIOCHÉS

A la sortie du four des petits pains tout chauds à croquer immédiatement où à transformer en mini burgers au bon goût de brioche (Mais je vous met au défi de ne pas les croquer tout chauds sortis du four… !)

Petite parenthèse avant de vous livrer la recette de ses merveilleux petits pains briochés, ma sœur m’a reproché, après avoir essayé de refaire une des recette de ce blog, d’utiliser des termes parfois trop techniques. (J’ai du cette après-midi là assurer le SAV de ma recette par téléphone !)

Alors pour faire plaisir à ma petite sœur et puis pour tous ceux qui en auront besoin, j’ai terminé cet article par un petit lexique…

Pour une dizaine de mini pains briochés

– 250 g de farine
– 5 g de sucre en poudre
– 5 g de sel
– 12 cl de lait tiédi
– 3 g de levure déshydratée ou 10 g de levure de boulanger
– 60 g de beurre fondu
– 2 œufs (dont un pour la dorure
– 1 càs de mélange de graines : lin, tournesol, courges
– quelques graines de sésame

  • Diluez la levure dans le lait à température ambiante et laissez reposer une dizaine de minutes.
  • Pendant ce temps, dans un saladier, mélangez la farine, le sel et le sucre. Creusez un puit au centre, puis ajoutez le mélange lait et levure.
  • Commencez à mélanger avec une cuillère en bois ou avec le crochet de votre robot, puis ajoutez le beurre fondu.
  • Tout en continuant de malaxer, ajoutez l’œuf battu en deux fois.
  • Recouvrez votre saladier d’un torchon humide et laissez la pâte doubler de volume dans un endroit tiède.
  • Rabattez* la pâte et laissez refroidir environ une heure au réfrigérateur.
  • Découpez la pâte en plusieurs pâtons* (40 g pour des mini portions, 120 g pour les plus grosses).
  • Boulez les pâtons et posez-les sur une plaque en quinconce. Aplatissez-les légèrement, dorez-les avec un œuf battu puis ajoutez le mélange de graines sur le dessus des pains.
  • Faites à nouveau pousser* les petits pains.
  • Enfournez dans un four chaud à 180°C pendant 10 à 20 minutes selon la taille de vos pains.

Petit lexique

 

Rabattre : Replier la pâte sur elle-même en appuyant légèrement avec les mains pour chasser la production de gaz carbonique et donc ralentir momentanément la fermentation d’une pâte levée.

Pâtons : C’est le nom donné à une boule de pâte qui est en attente d’utilisation pour être pesée, tournée ou façonnée

Pousser une pâte : Laisser pousser une pâte à pain c’est permettre le développement de cette pâte sous l’action de la levure

Rendez-vous sur Hellocoton !