Ciabattas au thym et à l’huile d’olive

S’il y a bien une chose que j’imaginais avant d’être freelance, c’est que le fait de travailler pour moi (et d’éviter du coup le temps perdu bêtement dans les transports) allait mathématiquement me permettre d’avoir plus de temps pour bosser sur des projets persos (comme par exemple sur le blog) ce qui, vous l’imaginez bien au vu du nombre de publications ici, s’est finalement révélé être à l’usage une vaste blague !

Clairement, si votre unique motivation à l’idée de franchir le cap et d’être à votre compte réside dans le fait de pouvoir être « libre » de toutes contraintes horaires et de pouvoir passer vos journées à la salle de sport, au resto ou devant la télé quand les autres travaillent, je vous conseille vivement d’abandonner l’idée.

En tout état de cause (j’aime cette entrée en matière qui vous donne l’impression que je vais vous balancer quelque chose d’ultra-sérieux), je pense n’avoir jamais autant bossé que depuis que je suis à mon compte, – ah le bon vieux temps que celui de la semaine de 35 h…-, ce qui fait que le blog en a pris un sacré coup niveau publications. Alors je ne sais pas si je suis la seule à souffrir de failles spatio-temporelles qui font que des journées de 12h semblent n’en paraitre que 5, mais force est de constater (oui, aujourd’hui je soigne mes transitions) que le temps semble avoir, depuis bientôt 2 ans, sa propre mesure.

Mais finalement, s’il y a bien une chose à retenir dans tout cela, c’est bien le lâcher prise que m’auront enseignées ces ces-presque-2-années-de-freelance. A tout vouloir contrôler et tout mener de fond, on finira toujours par se faire bouffer par les stress et par avoir l’impression d’enchainer les échecs et de passer à côté de l’essentiel. Et puis de toutes façons, personne ne m’en voudra si je préfère m’avachir devant la télé plutôt que de publier, quand je viens de passer 12h à jongler entre ma compta, la gestion client, les projets qui tombent du ciel avec des deadlines qui frôlent bien souvent les « c’était pour hier » et j’en passe…

Du coup, revenons en à nos moutons, cette recette de ciabattas au thym et à l’huile d’olive est la recette de base de la prochaine recette qui sera publiée sur le blog très vite (je vous tiens avec ce teasing de folie…) (et puis si j’écris ici qu’elle sera publiée très vite, je vous prends un peu à témoin, ce qui m’évitera donc de procrastiner à ce sujet…). En attendant d’avoir la suite, ces petits pains seront parfaits à marier avec une bonne burrata et une huile d’olive parfumée, pour un avant gout des apéros qui nous attendent cet été.

Pour 1 douzaine de ciabattas

– 500 g d’eau tiède
– 20 g de levure de boulanger
– 600 g de farine de blé T65
– 150 g de farine semi-complète
– 15 g de sel fin
– 70 g d’huile d’olive au thym citron
– 30 g d’un mélange de graines (pignons, graines de courges, graines de lin…)

1. Dans un saladier, émiettez la levure et délayez-là dans l’eau tiède. Laissez reposer une dizaine de minutes.
2. Versez tous les ingrédients de la recette à l’exception de l’huile d’olive dans le bol d’un robot, et pétrissez le tout pendant 5 minutes à vitesse lente puis 5 minutes à vitesse rapide. Ajoutez l’huile d’olive et poursuivez le pétrissage encore quelques minutes jusqu’à ce que la pâte se décolle des parois du bol.
3. Formez une boule, couvrez d’un linge humide et laissez poussez deux heures à température ambiante.
4. Divisez le pâton en petites boules de 90 g environ, façonnez-les, disposez-les en quinconce sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé, badigeonnez d’un peu d’eau et ajoutez les graines sur le dessus. Laissez à nouveau pousser une heure.
5. Enfournez dans un four préchauffé à 230° (ajoutez un peu d’eau au moment d’enfourner pour la formation de la croute), faites cuire 3 minutes puis baissez le thermostat à 220°, poursuivez la cuisson une dizaine de minutes.
6. A la sortie du four appliquez au pinceau une fine couche d’huile d’olive et laissez refroidir sur une grille.

13 Commentaires

  • Elles sont bien jolis tes ciabattas !

    1 avril 2017 at 21:47
  • Ces ciabattas ont l’air tellement bonnes ! Je suis sure que c’est parfait pour les pic-nique avec le beau temps qui arrive 🙂

    31 mars 2017 at 12:55
  • Ces petits ciabattas me font d’oeil !! Et hâte de voir la prochaine recette 🙂

    31 mars 2017 at 12:24
  • ça fait longtemps que je ne me suis pas remise à la boulange, par manque de temps, et puis surtout parce que quand on vis seule c’est souvent compliqué de se lancer dans une brioche pour 6 personnes:)
    Mais tes petites ciabatta sont si dodues et mignonnes ça me donne envie de m’y remettre tiens!

    31 mars 2017 at 12:10
  • ils sont mignons ces petits pains !

    30 mars 2017 at 22:04
  • jolis ces pains !

    30 mars 2017 at 21:11
  • ils sont superbes !

    30 mars 2017 at 20:09

Laisser un petit mot