Layer cake poire caramel ©‎Fraise & Basilic

Layer cake poire caramel

Layer cake poire caramel ©‎Fraise & Basilic

Vous avez environ 2 heures devant vous ? Cela tombe bien c’est à peu près le temps que risque de vous prendre la lecture attentive de cet article (non, non, le scroll intensif ne rentre pas dans la catégorie « lecture attentive »).

J’ai toujours aimé les défis et lorsque Farrow & Bowl m’a contactée, il y a quelques semaines, pour me proposer de créer LE gâteau d’anniversaire idéal pour leurs 70 ans, je n’ai pas hésité bien longtemps. Farrow & Bowl est une marque que je connaissais pour la qualité de leur peinture et la richesse de leur gamme colorée, mais j’ignorais qu’ils proposaient aussi une gamme de papiers peints très très sympas. Je suis allée découvrir la gamme 2016 et mon choix s’est rapidement porté sur le Arcade BP5307 (qui, entre nous, est encore plus beau en vrai !).

Restait ensuite à trouver LE gâteau qui saurait être à la hauteur. Passé l’élimination d’office du gâteau au yaourt  qui ne faisait pas franchement le poids face aux enjeux (ça vous ferait rêver vous un gâteau au yaourt pour vos 70 ans ?), le choix était encore vaste. Et puis, finalement, plus que le choix du gâteau, j’avais surtout en tête cette envie de vous raconter une jolie histoire un brin rétro de tous ces moments et ces éclats de rire que l’on partage, en famille ou entre amis autour d’une part de gâteau. Pour ce faire je suis donc allée demander à ma maman si elle avait des photos d’elle petite. Cela a donné lieu à une après-midi d’échanges autour de ces tous petits bouts de papier à la valeur sentimentale si grande.

Pour le gâteau j’avais envie de quelque chose de saison (le combo poires / mûres on en parle ?) avec une petite touche d’épices pour faire la différence (et qui me rappelle surtout l’odeur presque indécente qui flottait dans la cuisine quand ma grand-mère faisait cuire des gâteaux).

Nan Khatai ©‎Fraise & Basilic

Nan Khatai – Petits biscuits indiens aux épices

Nan Khatai ©‎Fraise & Basilic

Voila. (On en parle de la fille qui commence ses article par « voilà » comme si elle allait vous annoncer la nouvelle du siècle ?)

Oui donc voilà, cette rentrée est un peu dingue (encore plus quand on a eu la génialissime idée, je pèse mes mots, de ne prendre qu’une toute petite, ridicule, semaine de congés cet été… #warrior), et depuis le début de ce mois de septembre clairement, je suis sous l’eau. Mais pas qu’un peu, plutôt le 36ème level, là où les rares mouvements de brasse que je connais suffisent à peine à me garder la tête hors de l’eau, et où mes orteils servent de casse-dalle aux requins.

Vous allez me dire, la fille qui affirme être sous l’eau ne l’est pas tant que cela puisqu’elle a quand même le temps de vous écrire un article (tout en vous racontant à quel point c’est la course.) Sur ce point vous avez raison, mais j’ai fini par ajouter la publication d’articles sur blog à ma To do, faute de quoi, on en se serait pas recroisés ici avant un bon bout de temps… et il faut bien se l’avouez, vous commenciez un brin à manquer (séquence émotion, pour les mouchoirs c’est au bout du couloir).

En fait je crois que j’avais juste besoin d’appuyer sur le bouton pause pour une minute ou pour une heure (en vrai 24h n’auraient clairement pas été de trop) et de me poser (j’avais écrit « pauser », je trouvais le lapsus plutôt marrant) autour d’un petit thé, d’un bouquin (ou d’une piscine à Marrachech – quoi on peut rêver ?-) histoire de reprendre un peu mon souffle face au long marathon de fin d’année qui s’annonce… (j’envisageais sérieusement d’hiberner jusqu’à Noël, un grand merci aux impôts d’avoir remis ce projet à plus tard jamais)

Et chez vous ça donne quoi la rentrée ?

Gaspacho de tomates aux cerises noires ©‎Fraise & Basilic

Gaspacho de tomates aux cerises noires

Gaspacho de tomates aux cerises noires ©‎Fraise & Basilic

Il fait beau, il faut chaud, cette fois ça y est, plus de doute, c’est enfin l’été. Si comme moi, vous comptez les jours qui vous séparent de vos vacances forcément bien méritées (cette fois sur les doigts d’une seule main, ça sent ENFIN le sable chaud et l’eau salée cette histoire…), vous avez sans doute bien besoin que l’on mette un peu de soleil et de fruits mûrs à point dans vos assiettes, histoire de prendre un shoot de congés un peu avant l’heure. (Et pour les juilletistes qui ont repris depuis belle lurette – en même temps quelle idée de partir en juillet ? ^^ – de prolonger le temps d’une cuillerée de ce gaspacho de tomates aux cerises noires cette impression délicieuse d’être encore un peu en vacances).

Tomates + cerises noires on ne pouvait en effet difficilement faire plus estival comme combo. Le secret de la réussite de cette recette ultra simple c’est surtout d’utiliser des bons produits, tomates bien mûres (on oublie de fait les tomates trouvées dans un bac de supermarché en plein mois de décembre), et cerises bien croquantes, le tout assaisonné de LA bonne huile d’olive et sublimé par LE bon concentré de tomates, celui avec de vraies tomates dedans.

Gaspacho de tomates aux cerises noires ©‎Fraise & Basilic